Comment soigner une infection urinaire naturellement ?

Infection urinaire : la cranberry, un remède naturel

Je viens de découvrir sur Mediflor que le jus de cranberry (ou canneberge en français) est un excellent remède naturel pour diminuer la fréquence des infections urinaires (j’en ai eu une étant gamin, c’est très douloureux…). Cette propriété, reconnue par l’Afssa (désormais Anses), permet de diminuer l’utilisation d’antibios.

Mais la cranberry a d’autres vertus… Petit état des lieux sur les propriétés médicinales de cette plante

En savoir plus sur la cranberry

La canneberge, Vaccinium macrocarpon en latin, est aussi appelée atoca en québécois. Cranberry est la contraction de « crane berry » car les fleurs, au début de leur développement, ressemblent à une tête de grue, l’oiseau (crane en anglais).

C’est un arbrisseau de la famille des Ericacées poussant principalement dans les tourbières d’Amérique du Nord, en compagnie de la sphaigne. Autant dire qu’en cultiver dans son jardin est assez difficile…

En été, il produit des fleurs blanches à roses qui se transforment en fruits rouges à l’automne. Ce sont ces fruits que l’on utilise depuis longtemps Outre-Atlantique et de plus en plus en France.

Les Etats-Unis et le Québec assurent la majeure partie de la production mondiale, complétée par l’Europe de l’Est, les Pays baltes, l’Argentine et le Chili (là où il fait froid).

Utilisations alimentaires

Les baies rouges de la cranberry ont un goût acidulé et contiennent peu de sucre. Elles sont utilisées pour faire :

  • des boissons rafraîchissantes, seules ou en mélange avec d’autres fruits (pommes, autres fruits rouges),
  • des confitures, des gâteaux, des sauces et des chutneys, au bel aspect rouge,
  • des plats traditionnels aux Etats-Unis, comme la dinde aux cranberries pour Thanksgiving,
  • des plats traditionnels en Suède, comme le Köttbullar (boulettes de viande).

Vous trouverez d’excellentes recettes salées et sucrées utilisant la canneberge dans le livre Canneberge et autres baies, d’Annie Casamayou.

La cranberry contre l’infection urinaire

En France, il est frappant de savoir que des infections récidivantes touchent environ deux millions de femmes chaque année. Elles sont moins fréquentes chez les hommes car l’urètre est plus long, ce qui rend la tâche plus compliquée aux bactéries pour le remonter et aller se fixer dans la vessie.

Le fruit contient de grandes quantités d’antioxydants : vitamine C et flavonoïdes. Parmi ces flavonoïdes, la cranberry compte la proanthocyanidine. L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation) a reconnue que cette substance empêche certaines bactéries responsables des cystites de se fixer sur les parois urinaires (80 % sont des Euscherichia coli). Les bactéries sont alors éliminées naturellement avec l’urine. Cette plante permet ainsi de diminuer la fréquence des infections urinaires.

Ce remède végétal, par son action de prévention, permet d’éviter les récidives et donc les antibiotiques à répétition, avec tous les effets secondaires que ceux-ci engendrent… Sans parler du problème du développement de souches bactériennes résistantes aux antibios (il y en a de plus en plus).

L’Afssa recommande de consommer 36 mg de proanthocyanidine par jour en dehors des repas pour que ce soit efficace. Pour arriver à consommer cette dose quotidienne, on peut prendre :

  • des comprimés ou gélules au dosage précis.
  • du jus de fruit pur (facile à trouver sur internet ou en biocoop), c’est la solution que j’utiliserais car j’aime beaucoup ce goût acide ;-). On conseille entre 80 et 160 millilitres par jour en 2 prises espacées de 12 heures pour que l’effet couvre la journée complète, ce qui fait un petit verre le matin et un autre le soir.
  • des fruits congelés pour une meilleure conservation et qui peuvent être cuisinés.

Mais la cranberry n’empêche pas les autres gestes de prévention : boire beaucoup d’eau, ne pas se retenir d’uriner, uriner après un rapport sexuel, avoir une bonne hygiène, porter du coton plutôt que du synthétique.


Autres propriétés médicinales

Le proanthocyanidine, grâce à ses propriétés anti-adhésion des bactéries, permet également de prévenir et soigner les infections des gencives. Mais attention aux jus du commerce car leur acidité et les sucres ajoutés ne sont pas profitables à l’hygiène bucco-dentaire.

Le même mécanisme est valable pour la prévention de l’ulcère de l’estomac. Les facteurs déclencheurs sont le stress et une alimentation de type « malbouffe », mais aussi certaines bactéries comme Helicobacter pylori. La cranberry empêcherait donc ces bactéries de se fixer sur la paroi de l’estomac (prix Nobel de médecine décerné à 2 chercheurs en 2005 pour cette découverte).

Les antioxydants de la cranberry lui confèreraient aussi des propriétés anticancéreuses et de prévention contre les maladies cardiovasculaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page