Comment booster sa fertilité ? (homme et femme)

Comment augmenter sa fertilité naturellement


Parfois il ne suffit pas juste arrêter la pilule pour être enceinte : 2 couples sur 3 doivent attendre 6 mois avant que ça marche… Eh oui, en réalité, une femme n’a que 20% de chances de tomber enceinte à chaque cycle. C’est pourquoi on recommande en général de persévérer pendant au moins un an avant de consulter un médecin.

Mais il existe aussi des méthodes naturelles pour booster sa fertilité. Voici les plus efficaces 🙂

1. Adopter une nutrition saine

Alcool, caféine et tabac

Même une consommation modérée peut augmenter les taux de prolactine et supprimer l’ovulation. L’élévation de la prolactine se produit également avec l’utilisation des antidépresseurs, des analgésiques, hallucinogènes et de la marijuana. L’infertilité féminine a été liée au tabagisme. Non seulement il diminue la fertilité, mais il peut accélérer la ménopause.

Les femmes qui consomment une tasse de café par jour sont deux fois moins susceptibles de concevoir. La caféine est également impliquée dans la douleur cyclique du sein et la maladie fibrokystique du sein.

Gluten, soja et blé

L’incidence de l’intolérance au gluten ou la maladie cœliaque est plus élevée chez les femmes qui souffrent d’infertilité inexpliquée. L’intolérance au gluten n’est pas seulement liée à l’infertilité féminine inexpliquée, mais aussi aux fausses couches à répétition. Une intolérance au gluten contribue à une malabsorption des nutriments tels que le fer, le zinc et l’acide folique qui sont essentiels à la reproduction. Un respect strict d’un régime sans gluten résout généralement des symptômes, y compris l’infertilité inexpliquée et les fausses couches à répétition. Le gluten est une protéine présente dans différentes céréales dont le blé, l’épeautre, l’orge et le seigle.

Un autre allergène commun qui est dommageable à la santé reproductive est le soja. Le soja est une source puissante de xéno-œstrogènes. Les isoflavones de soja peuvent créer des effets néfastes à la fois sur les systèmes reproducteurs masculin et féminin.

Sucres raffinés et intolérance à l’insuline

Il existe un lien fort entre la résistance à l’insuline et l’infertilité féminine. Trop d’insuline dans le sang favorise le facteur de croissance de l’insuline, ce qui provoque la croissance des kystes et des fibromes, les niveaux élevés d’insuline peuvent également contribuer à des anomalies de l’axe HHS (hypothalamo-hypophyso- surrénalien), ce qui affecte les niveaux d’hormones.

La résistance à l’insuline est causée par la surconsommation de sucres et de glucides, ainsi qu’une absence de bons nutriments, en particulier les acides gras oméga 3. Le sucre raffiné et la consommation de glucides jouent un rôle particulièrement dévastateur dans le syndrome des ovaires polykystiques.


2. Les vitamines et minéraux

Pour booster la fertilité chez la femme

Pour retrouver un bon équilibre, vous devez organiser votre alimentation autour de 3 vitamines importantes :

  1. L’acide folique ou vitamine B9 : pour augmenter la fertilité et diminuer les chances de malformations du fœtus. L'acide folique est disponible sans ordonnance.
  2. La vitamine E : pour augmenter la fertilité et lutter contre le vieillissement des cellules.
  3. La vitamine D : pour faciliter l’implantation de l’embryon.

Pour booster la fertilité chez l'homme

Au même titre que pour les femmes, les vitamines ont une importance dans la fertilité de l’homme. En effet l’oxydation du sperme peut engendrer des anomalies dans les spermatozoïdes (fragmentation de l’ADN du sperme, Oligospermie, Asthénospermie, teratospermie)

  • Le Zinc il apparaît comme un protecteur anti-oxydant et lutte contre les métaux toxiques (cadmium).
  • La vitamine E (13) ont été identifiées comme étant les antioxydants les plus efficaces pour la protection des spermatozoïdes.
  • La vitamine A joue un rôle clé dans la spermatogénèse. Une étude a montré que chez les hommes, plus l’âge, l’indice de masse corporelle ainsi que le tabagisme étaient élevés, plus les concentrations sanguines observées en vitamines A et E étaient faibles, avec des conséquences négatives sur la qualité du sperme.
  • La vitamine D semble également avoir une influence sur les spermatozoïdes :Les hommes carencés en vitamine D ont un sperme de qualité moindre, ceci se vérifiant tant au niveau de la mobilité que de la morphologie des spermatozoïdes
  • La vitamine C : l’insuffisance dans la vitamine C a été également montrée pour contribuer au bas compte de sperme et à la mobilité réduite de sperme. Comme l’agglutinement de sperme, la mobilité réduite empêche le sperme de se déplacer correctement.
  • Le lycopène : des chercheurs de l’Université de New Delhi ont étudié sur 30 hommes âgés de 23 à 45 ans et souffrant d’infertilité inexpliquée les effets d’un traitement oral de 2 mg de lycopène par jour .
  • La Maca : utile pour l’équilibre des hormones, réputée dans le monde entier par ses propriétés favorisant la fertilité et la vitalité. Les femmes devraient en prendre entre les règles et l’ovulation et cesser d'en prendre pendant la grossesse. La Maca est une plante très puissante qui a souvent des effets très notables sur la fertilité.

La plupart des vitamines peuvent se trouver dans l'alimentation, mais certaines d'entre elles sont en quantité trop faibles, comme l'acide folique. Dans ce cas il peut être intéressant d'effectuer une cure en complément alimentaire.

3. Voir un ostéopathe

En travaillant sur certains blocages pouvant gêner la fertilité, l’ostéopathie peut être, chez certaines femmes, le « petit plus » qui déclenchera la réussite.

En travaillant sur les tensions physiques et la mobilité des organes, elle permet d’aider à la fécondation et à la nidation des embryons.

L’intervention de l’ostéopathe se fait sur 2 zones principales :

  • Le  petit  bassin  (la  zone  pelvienne)  qui  suite  à  des  anomalies  « mécaniques  »  de  type chocs,  chutes  (même  anciennes),  infections,  séquelles  chirurgicales,  empêchent  le développement  de  l’œuf  fécondé.  Les  pressions  peuvent  provenir  du  petit  bassin  lui-même mais également du bassin ou encore de la colonne. Les manipulations permettent également d’augmenter la vascularisation des organes.
  • La  région crânienne pour une action sur  la  régularisation des hormones et surtout pour un confort de la patiente en l’aidant à se détendre et a retrouvé une certaine sérénité.

Ces traitements ne sont efficaces que si on prend en considération le traitement global de la patiente ainsi que la dimension psychosomatique et émotionnelle.

4. Une cure d’Homéopathie peut réguler et booster les cycles

Pour un cycle classique de 28-30J (avec ovulation à environ J14-J16):

  • Ovarinum 7 ch à J5 (10 granules ou 1 dose)
  • Folliculinum 7 ch à J7 et J9 (1 dose)
  • Fsh 9ch à J12 (1 dose)
  • Progesreonum 7ch à 6/7 dpo (10 granules ou 1 dose)

Pour des cycles de 31-32J (ovulation à J17-J18):

  • Ovarinum 7 ch à J6 (10 granules ou 1 dose)
  • Folliculinum 7 ch à J8 et J11 (1 dose)
  • Fsh 9ch à J12 (1 dose)
  • Progesreonum 7ch à 6/7 dpo (10 granules ou 1 dose)

Pour des cycles de 33-35J (ovulation à J19-J21):

  • Ovarinum 7 ch à J7 (10 granules ou 1 dose)
  • Folliculinum 7 ch à J9 et J12 (1 dose)
  • Fsh 9ch à J12 (1 dose)
  • Progesreonum 7ch à 6/7 dpo (10 granules ou 1 dose)

Pour des cycles de 36J et + (ovulation à J22 et +):

  • Ovarinum 7 ch à J9 (10 granules ou 1 dose)
  • Folliculinum 7 ch à J11 et J14 (1 dose)
  • Fsh 9ch à J12 (1 dose)
  • Progesreonum 7ch à 6/7 dpo (10 granules ou 1 dose)

Ensuite, il y a d’autres granules à prendre pour des effets plus spécifiques si besoin:

Pour améliorer les glaires, à prendre uniquement avant l’ovulation:

  • Gelsemium 9 ch et Lycopodium 9 ch (5 granules matin et soir)
  • Huile de bourrache et Huile d’onagre (2 capsules matin et soir)

Et enfin, pour réguler des cycles trop longs (+ de 35J), on peut ajouter:

  • LHRH 15CH, 5 granules tous les matins, sauf au moment des règles
  • Folliculinum 15CH, 1 dose à J15 et une autre à J29 du cycle
  • Progesteronum 5CH, 5 granules de J17 jusqu’au jour des règles

5. La phytothérapie

Les baies du gattilier (Vitex agnus)

Le gattilier peut stimuler et normaliser les fonctions de la glande pituitaire, en particulier sa fonction de progestérone. La plus grande utilisation de Vitex agnus castus – ou gattilier – réside dans la normalisation de l’activité des hormones sexuelles féminines et il est donc indiqué pour la dysménorrhée, le stress prémenstruel et d’autres troubles liés à la fonction hormonale.

Feuilles d’ortie

A une teneur très élevée en minéraux. elle contient beaucoup de chlorophylle et elle nourrit les glandes surrénales et les reins. elle aide à réduire le stress et est un tonique utérin puissant. Une fois enceinte, l’ortie est idéale pour obtenir suffisamment de nutriments pendant la grossesse et a une teneur élevée en vitamine K pour prévenir l’hémorragie.

Trèfle rouge

A une très forte teneur en vitamine et contient presque tous les oligo-élément. Il est connu pour ses capacités à aider l’équilibre hormonal et restaurer la fertilité.

Huile d’onagre

L’onagre va permettre d’améliorer la glaire cervicale au moment de l’ovulation, elle sera de bien meilleure qualité pour accueillir les spermatozoïde. C’est aussi un très bon régulateur hormonal naturel, pour des cycles longs il peut aider à les raccourcir. Elle est aussi utilisé pour atténuer le syndrome pré-menstruel.

Posologie:
• Du premier jour du cycle, jusqu’à l’ovulation juste pour améliorer la glaire cervicale.
• Sur toute la durée du cycle si cycles longs ou des cycles irréguliers.


La gemmothérapie: le framboisier

En gemmothérapie, le bourgeon de Framboisier est un excellent régulateur de la balance hormonale féminine (posologie: 15 gouttes 3 fois par jour).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page